TriArtis est une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales, privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves. En savoir +

logo des éditions TriArtis

menufacebookloupe

Recherche sur le site

couverture du livre : Anton Tchekhov, voyage à Sakhaline

Anton Tchekhov, voyage à Sakhaline

Gérald Stehr

Collection Scènes Intempestives

ISBN : 978-2-916724-29-4

livre papier10€

Adaptation libre de sa correspondance à ses proches, sur sa route pour l’enfer des bagnes.

 Le livre  L'auteur  Du même auteur  La presse

Le livre

Le 9 mars 1890, Tchekhov annonce à son ami Souvorine qu’il compte se rendre à Sakhaline : « le seul endroit où l’on puisse étudier une colonie faite de criminels ». Il déplore que ce soit lui qui fasse le voyage et non quelqu’un de plus qualifié, capable d’éveiller les esprits.

D’ouest en est, il va traverser les onze mille kilomètres de la Sibérie pour rejoindre cette île du Pacifique.

Au fil des lettres qu’il expédie aux siens, le voyageur découvre les paysages, souffre de la faim et du froid, prend conscience enfin des conditions de vie des exilés sibériens. Cette adaptation libre de la correspondance de Tchekhov à ses proches, sur sa route pour l’enfer des bagnes, est une invitation à lire le témoignage bouleversant qu’il écrira à son retour : L’Ile de Sakhaline.

Gérald Stehr

Gérald Stehr

Peintre et écrivain, Gérald Stehr, né le 21 avril 1949 à Paris, est membre fondateur d’un groupe d’artistes parisiens, auteur de plusieurs livres, de scénarios et de piécettes de théâtre pour les enfants.

À l’Ecole des Loisirs, il a écrit les textes de livres de différents illustrateurs, dont ceux de son frère, Frédéric Stehr. Il a réalisé aussi de nombreuses adaptations pour le théâtre, principalement pour le Festival de la correspondance de Grignan.

Revue Inter-CDI

Périple équestre de deux mois : Tomsk, Irkoutsk, lac Baïkal, navigation sur l’Amour. Froid infernal, vent, pluie, boue, inondations, ponts emportes, routes abominables… nourriture peu engageante, par contre, on trouve de la vodka partout ! Un voyage démesuré en Sibérie non dénué d’humour.

Odile Bonneel