TriArtis est une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales, privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves. En savoir +

logo des éditions TriArtis

menu facebook twitter loupe

Recherche sur le site

couverture du livre : Quand les loups avaient des plumes

Quand les loups avaient des plumes

Isabelle Cousteil

Collection Correspondances Intempestives

ISBN : 978-2-916724-14-0

livre papier15€

Journal de la mémoire enfouie d’un tout-petit
Prix des lectrices des bibliothèques de la ville de Paris

 Le livre  Les extraits  L'auteur  Du même auteur  La presse  Les événements  Les photos

Le livre

La véridique et facétieuse chronique de la mémoire retrouvée.
« J’ai 4 ans et je pousse les portes du monde... »

Je n’ai encore rien appris vraiment, mais j’en sais déjà beaucoup.
Quand je dis que je sais, je ne parle pas des déclinaisons latines ou du taux de la TVA sur les produits culturels.

Je sais, par toute la puissance de mon instinct, par toutes les ondes que font courir les émotions sur la peau, la mienne et celle des autres. Je crois de tout mon cœur au pouvoir absolu et divin de l’amour qu’on me porte. Mon instant présent est tout, délicieusement pur.

Mais je sais aussi que le compte à rebours a démarré. La touche « reset » de ma mémoire est enclenchée et mon petit doigt me dit que j’aurai bientôt oublié l’essentiel.
« Ce matin, une plume d’ange est tombée en planant doucement sous mon nez. Je l’ai ramassée, je l’ai trempée dans la gouache pour te confier, à toi Adulte, les quelques miettes encore croustillantes de ma première mémoire avant qu’elle ne s’efface »

Le temps d’arriver au lieu béni de la cuisine, j’ai dressé la carte de mon banquet matinal.

Comme d’habitude : lait, blédine, pain ou corn-flakes. Ce sera pain et corn-flakes. Et confiture avec le pain. Quoique miel, pourquoi pas ? Et la compote. Elle est toujours à midi la compote. Ça doit être bon aussi le matin, pas de raison. Ah puis à propos, les petits pots – de préférence caramel ou chocolat –, je suis sûr que c’est meilleur avant le goûter.

Le parents, qu’est-ce qu’ils mangent ? Jambon, œufs, thé et café. Si j’essayais ? J’allais oublier le jus de fruit, tiens.

Incroyable… Tout pour moi, rien à partager.

Inconvénient : je ne sais pas faire cuire. Et puis je crois que ma mère n’apprécierait pas que je prenne une initiative réputée dan-ge-reu-se. Mais là, je vais lui en boucher un coin. J’entends d’ici ce qu’elle dira à mon père lorsqu’il appellera : « Tu sais quoi, Loup a préparé son petit-déj touseulcommungrand ! » J’en frissonne de fierté. Dans un élan d’enthousiasme et de générosité je me dis même que je pourrais préparer le sien avec les restes du mien. S’il y en a. Et même que si j’y arrivais, en rassemblant tout dans un panier, je pourrais lui apporter au lit. Je m’émeus moi-même de tant de grandeur d’âme.

Je me reprends. Pas cuit. Cru. Pas grave, j’ai remarqué que nombre de choses que l’on mange cuites se consomment tout aussi bien crues. Certainement les œufs aussi.

Procédons avec ordre et méthode.

Acte 1. Hissé sur une chaise traînée dans la cuisine, je descends les corn-flakes, le thé, le café, la blédine, le pain grillé. Faudra que je pense à leur dire de ne pas se casser la tête à monter les trucs si haut puisque je peux y accéder. Autant tout laisser à ma portée, on évitera les risques d’accident. Cette précaution leur plaira certainement. Zut, la blédine est tombée, le couvercle s’est ouvert. Pas grave. Avec la balayette, je repousse les petits tas poudreux dans la boîte. Il y a bien quelques autres miettes indistinctes avec mais je ferai le tri plus tard.

Acte 2. Placards du bas et tiroirs : petits pots, cuillères, couteaux – non, les couteaux, ça va la faire râler. Tiens, des coquillettes ! Pour décorer, c’est une bonne idée. Ah puis du Sopalin pour faire une nappe et des serviettes. On ne pourra pas dire que je ne suis pas propre. Il n’y en a presque plus… Réflexion, action. Qu’est-ce que je suis intelligent comme garçon : du PQ, bien sûr, c’est aussi efficace le PQ ! Et en plus ça sent meilleur que le Sopalin. Je descends, en trouve trois rouleaux dans la réserve. Ça devrait suffire.

Acte 3. Le frigo. Je m’arc-boute sur la poignée. Elle cède. Œufs, lait, confiture, quelques légumes au passage. Ah ! le beurre… j’avais oublié. Bonne idée. Oh, cékoiça ! Une trousse pleine de vernis à ongles. J’ai entendu ma mère dire à mon père qui s’interrogeait sur leur présence parmi les denrées comestibles qu’ils se conservaient plus longtemps au froid. Je n’ai jamais le droit d’y toucher. Pour une fois, y a pas mort d’homme ! Et puis je vais lui faire un joli dessin tout dans les rose rouge que je poserai sur le plateau. Je vois d’ici son sourire attendri.

Une porte grince, une latte de parquet craque. Hourra, ma mère s’est levée ! Vite, son petit-déjeuner.

L’effet produit dépasse mes espoirs les plus fous. Elle pleure pour de bon mais quelque chose cloche. Son regard embrouillé de larmes est loin d’être extasié. Il en émane une expression de rage et de désespoir absolus. Je n’ai même pas le temps de me ressaisir qu’un cri de bête éclate et se termine comme une gifle cinglante en une phrase assassine, jamais ouïe jusqu’alors :

‒ Fiche-moi le camp !

Évidemment je fais tout le contraire, m’approche, histoire d’expliquer le malentendu. Elle se dresse, titubante et se battant les flancs. Je me tais. De toute façon elle ne me laisse pas en placer une, elle est en boucle.

‒ C’est pas vrai dites moi que c’est pas vrai c’est pas possible je vais me réveiller là c’est juste un cauchemar dites moi que je rêve.

Isabelle Cousteil

Isabelle Cousteil

Isabelle Cousteil
Ingénierie & production culturelle, Écriture(s)

Ancienne élève des classes préparatoires à l’Ecole Normale Supérieure, Isabelle Cousteil est titulaire d’une licence d’Histoire, d’une maîtrise de Conservation et Aménagement du Patrimoine et de l’Environnement et d’une maîtrise de muséologie.

Crée et dirige à partir de 1984 deux entreprises d’ingénierie culturelle et de production d’événements culturels et remporte divers prix (Fondation de France, Fondation Jacques Douce, Prix Unesco-Admical…).

Intègre en 1994 IP-Havas Intermédiation en tant que Directrice du développement marketing événementiel, puis Attachée à la Présidence et enfin Directrice de la communication et des relations internationales.

Reprend en 1999 une activité indépendante de conseil et de direction de projets culturels.

Intervient ponctuellement comme chargée de conférences dans différentes écoles et universités (Sorbonne Paris IV, Centre d’archéologie générale et d’anthropologie de l’art, Université Libre de Bruxelles, IRCOM, École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art).

Depuis 2009, poursuit les missions de conseil et d’accompagnement de projets culturels et s’attache tout particulièrement à l’écriture sous toutes ses formes : reportages, scénarisation, récits, nouvelles, biographie, théâtre.

S’attache à l’écriture créative, à la lecture et à l’interprétation, associant les mots avec les autres expressions plastiques et scéniques ainsi qu’au partage avec les jeunes dans le cadre d’atelier d’écriture et d’interprétation (Paris – Arles)

Gouttes de plume, le blog d'Isabelle Cousteil

Bibliographie

2009

« À Monna Lisa, le Louvre, Paris » (fiction, collectif) - Éditions Triartis
Joué au Festival de la Correspondance de Grignan, adaptation et mise en scène Didier Long puis dans le cadre du Salon des Editeurs Indépendants du Quartier Latin – 2009

2010

« Quand les loups avaient des plumes » - Récit - Éditions Triartis
Sélection Salon du Livre 2011 & Meilleurs Premiers Romans – Bibliothèques Ville de Paris
Choisi par le Comité de Lecture du CTEB pour une édition en braille.

« Cyrano ou la maladie de gloire », Théâtre (commande Festival de Grignan) - Éditions Triartis
Joué en 2010, mis en scène par C.Corréïa.
Repris à Paris en 2011, mis en scène par S.Vincent, avec le soutien du CNL.

2011

« Gautier/Dumas, Fracasse et d’Artagnan au pays des Tzars » avec Agnès Akérib - Éditions Triartis. (Collection Correspondances Intempestives)
Adapté et mis en scène par S.Vincent (Interprété par B.Paviot et F.Rose.) - Représentations : Printemps des Poètes, Maison de Balzac, « À vous de lire », journées du Patrimoine…
Élu « Grande Lecture Patrimoniale » par le CNL.

« Petit journal d’un crabe » - Nouvelle
Commande de Press’Publica et des Laboratoires Merck.

2012

« Passagères » - (nouvelles) – Éditions Triartis

« Pour faire un monde » (Jeunesse) - Editions Pippa – Illustrations Claire Lhermey

2013

« Pierrot Bidon, l’homme cirque » (biographie), Édition HD/Entrop!k (soutien SACD et Hors les Murs.)

2014

« Demain », (nouvelle) - Recueil collectif Réunion des Musées Nationaux/WeloveWords, livre numérique téléchargeable sur : Itunes

« La Galerie des murmures, scènes de la vie rêvée des œuvres »(Fiction) - Triartis
avec le soutien de La Fondation La Poste
Adaptation vidéographique par création Mathias Delfau
Adaptation théâtrale, mise en scène Fred Nony - Joué à Senlis, Paris – bande démo

2015

« Comme un ours en pages », (nouvelle) - Recueil collectif Pippa (Collection Kolam)

« La leçon des ténèbres », (nouvelle) - Recueil collectif du Prix Hemingway (Au Diable Vauvert)

« Le Club des saints », (humour) - Recueil collectif sous pseudo (Pippa)

2016

« Passagères », (nouvelles) – édition revue et augmentée Triartis - mars 2016

« Noir d’ancre », (nouvelles) – Au Diable Vauvert - octobre 2016

Distinctions

2009

Lauréate « Littérature-Expression de vie » pour la nouvelle « Tête à tête »

2010

Finaliste Concours International de la nouvelle George Sand.

2011

Premier Prix « Femmes en toutes lettres–Sévignales » pour « Espoir qu’en vous »

Sélection « Meilleurs premiers romans » Bibliothécaires et Lecteurs de la Ville de Paris pour « Quand les loups avaient des plumes ».

2013

Sélection « 50 ans de France Culture » – Nuit Fiction au Palais de Tokyo

Lauréate concours « De la peinture à l’écriture » WeloveWords /Réunion Musées Nationaux.

2014

Finaliste du Prix Sarane Alexandrian-SGDL pour le manuscrit « Par la fenêtre ».

2015

2e Prix Hemingway pour la nouvelle « Derrière la clôture ».

2016

Lauréate du Prix de la Nouvelle Erotique pour la nouvelle « Noir d’ancre ». Les Avocats du Diable & Editions Au Diable Vauvert

photo liée au livre

Interview d’Isabelle Cousteil par Armelle Héliot au salon du livre de Paris

photo liée au livre

Isabelle Cousteil et Daphné Papineau à la Mairie du VIe

claraetlesmots sur Babelio

Notre petit homme, Loulou, découvre le monde, il y a les joies, les peurs, les appréhensions. On sourit, on est ému…Un joli condensé d'amour du témoignage d'une mère via son enfant. Pas de mièvrerie ou d'excès, seulement des mots justes qui touchent. Une très belle découverte et l'on se prend à rêver de retrouver la mémoire de ces moments oubliés.

Calypso sur Aperto Libro

C'est drôle, très drôle. C'est adorable, mignon, beau. Il y a une espèce de pureté qui se dégage de ce roman et qui fait du bien. Vraiment, merci Madame Cousteil pour ces mots si délicats qui m'ont véritablement transportée auprès de ce petit être à la mémoire éphémère, attachant et qui a tout compris.

Ce roman est une pépite !

Lire l'article en ligne.

Apifite sur Partage Lecture

Un livre véritablement pour tous : qui donnent envie aux sans-enfants de s'y mettre, qui incitent ceux qui en ont à cet âge d'en profiter davantage et qui rappelle une époque heureuse à tous ceux qui en ont de plus grands.

Alouette sur Partage Lecture

Je suis enthousiasmée par l'originalité de ce récit exceptionnel et par l'inhabituel point de vue par lequel l'auteur appréhende son sujet.

presse

Par Gwenaëlle le 17 mai 2010

presse

Quand les loups avaient des plumes, Isabelle Cousteil

Le 13 avril 2010, par Clément Solym

Article sur www.actualitte.com

article

CÔTÉ FEMMES

Publié le 24 mars 2010 par Audraygaillard

Joli titre n’est-ce pas ? C’est celui d’un livre. Un livre que je viens de finir et que j’ai beaucoup aimé. Une petite pépite qui mérite qu’on s’y attarde, vraiment ! Ecrite par une jeune auteur, Isabelle Cousteil. Il s’agit d’une chronique très drôle, émouvante, et surtout originale : racontée par un enfant, in utéro jusqu’à sa 4è année. Le monde des adultes vu par un petit « loup » !

article

Quelques mots des hommes (et femmes) de l’art

« J’ai beaucoup aimé ce livre drôle et lettré (au bon sens du mot). Je viens de lire un ouvrage de Noëlle Châtelet assez semblable, et je trouve celui d’Isabelle Cousteil bien meilleur. »

Jack Chaboud – écrivain
Directeur de collections de romans pour la jeunesse chez Magnard et chez Plon

« Merci pour ce «  premier roman », dont j’ai déjà apprécié l’écriture, que je trouve très maîtrisée, poétique quand il faut, retenue quand il faut. Un beau début en littérature, que je vous encourage à continuer… »

Jacques Astruc
Sélection « Premiers Romans » des Bibliothèques de la Ville de Paris

« Votre talent d’écriture éclate à chaque page.»

Patrick Fauconnier
écrivain, journaliste (Le Nouvel Observateur/Challenge)

«  Nous avons eu la joie de découvrir «  Quand les loups avaient des plumes » qui nous a beaucoup touchés avec son humour si tendre. Merci pour cet émouvant et beau texte d’imagination-vérité »

Claude et Marie Nuridsany
Scénaristes/réalisateurs (Microcosmos, Génésis…)

article

affiche de l'événement

Lecture

Histoires de femmes

Le lundi 10 octobre 2016

Espace TriArtis
19 rue Pascal - 75005 Paris

Participation aux frais 10 €
Réservation par téléphone au 09 51 74 96 29 ou par mail

En savoir +