TriArtis est une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales, privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves. En savoir +

logo des éditions TriArtis

menufacebookloupe

Recherche sur le site

photo de : Brigitte Joseph-Jeanneney

Brigitte Joseph-Jeanneney

 Biographie  Publications TriArtis  Les événements  La presse  Les photos

Biographie

Brigitte Joseph-Jeanneney est une ancienne élève de L’ENS, diplômée de l’ENA. Inspectrice générale des affaires sociales, secrétaire générale du Musée d’Orsay, administratrice générale du Musée du Louvre, directrice à la Ville de Paris, elle a publié en 2000 et réédité en 2012 chez Odile Jacob l’ouvrage Autour du malade, le cancer : dire ou ne pas dire ?

Édité chez TriArtis en 2015, Ça s’appelle aimer fut son premier recueil de nouvelles.

photo liée au livre

Stéphanie Caillol

photo liée au livre

Stéphanie Caillol

photo liée au livre

Stéphanie Caillol

photo liée au livre

Patrice Revaux

photo liée au livre

Patrice Revaux et Claudine Vincent

affiche de l'événement

Rencontre

Lignages, lecture/rencontre

Le mardi 14 juin 2016

Espace TriArtis
19 rue Pascal - 75005 Paris

Participation aux frais 10 €
Réservation par téléphone au 09 51 74 96 29 ou par mail

En savoir +

affiche de l'événement

Rencontre

Lignages, lecture/rencontre

Le mardi 21 juin 2016

Espace TriArtis
19 rue Pascal - 75005 Paris

Participation aux frais 10 €
Réservation par téléphone au 09 51 74 96 29 ou par mail

En savoir +

INTER CDI

Novembre / décembre 2016

JOSEPH-JEANNENEY, Brigitte
Lignages

Aix-en-Provence, Thérèse, une vieille dame, prend un café en bas de chez elle : « rester digne, présentable. Sinon André (son fils, célibataire) la mettra en maison de retraite ». Elle remarque une jeune femme : la faire venir chez elle pour qu’elle croise André ?
Thiers, Philippe rêve de devenir comédien, mais sa voie est toute tracée : être notaire comme son père... Franche-Comté, deux soeurs, Agathe (esprit pratique, mère de famille) et Justine, toujours la tête ailleurs, se retrouvent dans la propriété familiale.
Mariette fugue car elle est maltraitée par son mari...
Denise est folle de joie de découvrir le bouquet déposé par son fils, mais il ne lui est pas destiné.
Les souvenirs, la nostalgie, le rappel de l’horloge de la vie, la peinture réaliste de l’extrême vieillesse, des observations fines sur la vie quotidienne, la description juste des sentiments dans les moments de crise et de remise en question, de détresse et de fragilité, avec toujours une lueur d’espoir. L’auteure excelle dans cette épaisseur de vie, d’amour et de tendresse, avec un art du couperet final dans chacune des nouvelles.

O. B.

INTER CDI - Mars Avril 2016

article